Les conséquences de la crise sanitaire sur la gestion de dette des collectivités // Partie 3/3

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur email

Par Elisabeth PAUL et Etienne FAVRE

 

Partie 3 : Retour sur le très dynamique marché obligataire 2020

 

En pleine crise sanitaire, le marché obligataire a démontré sa robustesse permettant de lever des financements dans d’excellentes conditions. Les collectivités ayant accès au marché en ont profité pour s’affranchir de l’intermédiation bancaire pour capter des conditions de financement attractives. Les investisseurs à la recherche de durées plus longues (autour de 20 ans) ont permis aux collectivités de contractualiser de la ressource à long terme.

 

Le marché obligataire bat des records de volume en 2020

Les volumes émis sur les marchés obligataires par les collectivités locales ont fortement augmenté en 2020 pour atteindre 4,2 milliards d’euros (hors émissions post 14/12/2020) contre 1,6 milliards d’euros sur l’ensemble de l’année 2019, soit une hausse de 170%.

 

Source : FCL Gérer la Cité, Bloomberg

 

En 2020, les régions ont été dynamisé le marché, réalisant plus de la moitié du marché obligataire des collectivités (61% des émissions). La Région Ile de France a été la plus dynamique, avec 800 millions d’émissions obligataires réalisées depuis le début de l’année 2020.

 

Les émissions cumulées de la Région Ile-de-France, Ile de France Mobilité et la Ville de Paris pèsent pour 2,3 milliards d’euros d’émissions.

 

Les autres collectivités émettrices ont également doublé le nombre et le volume de leurs émissions. L’année 2020 a marqué le retour ou l’arrivée de nouvelles collectivités qui n’avaient pas émis en 2019 sur le marché la Région Haut-de-France, Bourgogne Franche Comte, le Département du Bas-Rhin, la Métropole Aix-Marseille Provence

 

Des rendements très attractifs et la multiplication des émissions à coupon zéro

 

Source :  FCL Gérer la Cité – Bloomberg

 

Le niveau de l’OAT observé sur l’année (négatif sur des maturités inférieures à 10 ans sur une grande partie de l’année) permet aux collectivités émettrices de se financer sur le marché obligataire avec des coupons de 0% ou très proches. Ainsi, depuis le début de l’année 2020, plusieurs collectivités ont émis à taux zéro sur des maturités allant de 2 à 7 ans.

 

  • Sur le premier trimestre, le niveau de l’OAT était proche de -40 pbs sur une maturité courte (environ 5 ans). Certaines collectivités (Régions Sud, Auvergne Rhône-Alpes, Bretagne, Département de Seine-et-Marne) ont profité de la période pour réaliser des émissions à taux 0%.
  • En fin d’année, la baisse des taux permet de retrouver les niveaux disponibles en début d’année. Les collectivités sont à nouveau à la recherche de durées courtes pour réaliser des émissions à coût 0%. Elles réalisent également des émissions sur des durées plus longues pour sécuriser de la ressource à taux attractif sur du long terme.

 

Malgré le déploiement des vaccins contre la Covid 19, les taux de référence sont toujours négatifs. Les conditions de financement devraient donc rester très bonnes sur le marché obligataire.